• Linda Sauvé

Comment la pensée positive pourrait tuer votre succès

Est-ce déjà le 15 janvier? Comment se déroulent-elles avec vos nouveaux objectifs?

Et s'il y avait une nouvelle façon de travailler avec ceux-ci.

Avec sa permission, Tina Forsyth nous offre son point de vue intéressant à ce sujet.


Dans son livre Good to Great, Jim Collins raconte l'histoire de l'amiral Jim Stockdale, qui était l'officier militaire américain le plus haut gradé du camp de prisonniers de guerre « Hanoi Hilton » pendant la guerre du Vietnam. Au cours de ses huit ans d'emprisonnement, Stockdale a été régulièrement torturé avant sa libération en février 1973.


Comment Stockdale a-t-il réussi à survivre à une expérience où beaucoup d'autres ont péri?

Selon ses propres mots, il a refusé de devenir optimiste.


"Les optimistes étaient ceux qui ont dit:" Nous allons sortir d'ici Noël. "Et Noël viendrait, et Noël s’en irait. Ensuite, ils diraient:" Nous allons sortir d'ici Pâques. "Et Pâques viendrait, et Pâques s’en irait. Et puis le Thanksgiving, et puis ce serait à nouveau Noël. Et ils sont morts le cœur brisé. "


En termes simples, chaque fois qu'ils espéraient le meilleur – en restant positif - et que leurs espoirs étaient anéantis, ils perdaient confiance en leur survie. Et cette perte de foi a eu un impact sur leur capacité à survivre aux rudes défis de leur réalité.


Ainsi est né le paradoxe de Stockdale, qui déclare: "Vous ne devez jamais confondre la foi que vous finirez par l'emporter - que vous ne pouvez jamais vous permettre de perdre - avec la discipline pour affronter les faits les plus brutaux de votre réalité actuelle, quels qu'ils soient."


Quand j'ai lu cette histoire, j’ai dû m’arrêter et me demander - la pensée positive pourrait-elle tuer notre succès?


La promesse d'une pensée positive est double:

1. Cette vie est censée être plus facile. Plus simple. Plus heureuse. Si seulement nous continuions à penser les bonnes pensées et demeurions optimistes quoi qu’il arrive, notre heure de gloire viendrait.

2. Une fois que nous y arriverons, tout ira bien et nous aurons enfin le bonheur que nous recherchons.


Dans mon expérience personnelle, cela n'a pas été vrai.


Tout d'abord, tout ce que j'ai accompli dans la vie a eu un prix. Ça a été dur. C’était difficile. J'ai voulu jeter l'éponge plus de fois que je ne peux en compter - mais je ne l'ai pas fait. J'ai continué et j'ai travaillé dur pour atteindre mes objectifs. J'ai payé le prix de mes réalisations et je suis fière de l'avoir fait car elles m'ont aidé à devenir la femme que je suis aujourd'hui.


Deuxièmement, j'ai atteint bon nombre des objectifs que je me suis fixés et devinez quoi? Les nuages ne se sont pas écartés. Les anges n'ont pas chanté. Je n'étais pas soudainement plus heureuse et plus satisfaite que je ne l'étais avant d'atteindre le but.


Cela a été une pilule difficile à avaler parfois - qu'est-ce qui me manquait? Où était cette terre de positivité promise qui signifiait que je n'aurais plus jamais à m'inquiéter?


Donc, je me remettrais au travail encore pour atteindre le prochain objectif et me retrouver toujours à manquer cette promesse insaisissable de bonheur pour toujours.

J'ai été pris dans ce cercle vicieux plus de fois que je ne veux l'admettre. Peut-être pouvez-vous vous dire la même chose?


Après avoir lu sur Stockdale, il m'est venu ceci à l'esprit: Et si le but de notre voyage était de découvrir à quel point nous sommes forts et de ne pas arriver à un endroit où notre force n'est plus nécessaire?


Et si, au lieu d'une pensée positive, nous nous appuyions sur une réflexion sur la résilience?

Au lieu de croire que les choses se passeront bien "si seulement nous restons positifs", pourquoi ne pas croire que nous pouvons gérer tout ce qui se présente à nous? Que nous sommes puissants, capables et prêts à relever les défis de la vie, quels qu’ils soient. Peu importe combien ils sembleront ardus.


Cette réflexion sur la résilience est ce qui a donné à l'amiral Stockdale le pouvoir de continuer pendant l'une des expériences les plus horribles auxquelles un humain puisse faire face.


Il y a quelques années, j'avais un coach qui m'a mis au défi de faire attention à ce que je pensais tout au long de la journée, et j'ai été surprise (et légèrement horrifiée) de réaliser ce qui me traversait l’esprit.


À l'époque, chaque fois que je faisais face à un défi - que ce soit dans mon entreprise ou à la maison en tant que mère célibataire de deux jeunes filles - la phrase qui me traversait l'esprit était:

"Je ne peux pas gérer ça ... c'est trop pour moi."


Non seulement je penserais ces choses, mais je les dirais aussi à haute voix, ce qui ne faisait qu'amplifier le pouvoir qu'elles avaient sur moi! Après des mois à penser de cette façon, je me suis retrouvé dans un état qui ne ressemblait pas à mon état d'esprit normal et que je ne pouvais pas secouer.


J'ai pris la décision de remplacer ces mots par une réflexion sur la résilience et quand je me suis retrouvée sur cette voie bien connue, je me disais plutôt:

"Je l’ai! - je suis une femme forte et capable et je peux gérer tout ce qui se présente à moi."


En quelques jours, ce simple changement dans ma façon de penser a commencé à changer ce que je ressentais.


Je n'étais plus découragé par les défis de la vie quotidienne. Au lieu de cela, je me suis sentie revigorée, sachant que je pouvais gérer tout ce qui se présentait à moi.


Ces deux petits mots – je l’ai - ont fait toute la différence pour moi.


Le paradoxe de Stockdale nous invite à mener nos vies d'une manière très différente de ce que la pensée positive nous a appris.


Nous devons garder la foi que nous l'emporterons à la fin, quelles que soient les difficultés qui se présenteront à nous.


Et en même temps...


Nous devons affronter les faits les plus brutaux de notre réalité actuelle, quels qu'ils soient.

C'est un équilibre délicat parfois et pourtant je ne peux pas m'empêcher de me demander si cet espace sacré entre la foi et la réalité est exactement ce dont nous avons besoin depuis le début.


Article écrit en anglais par Tina Forsyth de Tinaforsyth.com. Repris et traduit avec sa permission.